Avertir le modérateur

20/05/2013

DONC ON POUVAIT ?

Donc on pouvait s'éparpiller et perdre son temps en ne prenant pas conscience que les jours se jouaient de nous et de notre âge. Perdre son temps en remettant toujours et a jamais nos décisions ou nos envies. Attendre de croire qu'un jour la révélation nous fera un signe pour essayer enfin de commencer notre vie d'adulte. Attendre l'imaginable ne se donne pas en révélations ou en intuitions. Il se construit sans prendre la fuite devant le temps qui passe pour vous effleurer. Il est toujours désespérant de rencontrer des personnes qui regardent le néant plutôt que la lumière. Celles qui se cherchent sans jamais être capable de se l'avouer ou de le partager. Quel chagrin ces chemins là ! En mes mots et mes certitudes on ne peut ignorer la puissance du temps qui, finalement, un jour, nous décomposera !

14/05/2013

CES GESTES SI PROCHES

Comme des gestes précis du peintre devant sa toile nous mettrons en ordre nos couteaux, nos pinceaux et nos tubes de peinture. Le chevalet disposé devant la juste lumière donnera a nos yeux la vérité des couleurs que l'on supposent ou que l'on désirent. A pas lents mais réfléchis on crayonnera l'esquisse que l'on posera sur cette toile vierge. En notre blouse blanche ou notre tablier on ressemblera aux gravures anciennes des peintres a demi éternels qui nous hantent toujours et encore. Puis on partira. Comme une histoire que l'on voulait écrire ou transmettre notre silence sera d'état. Nous avions l'idée de faire mais pas la passion. Comme des grands amoureux aux mots posés et merveilleux nous n'avions ni l'envergure ni les ailes. Oh bas d'échelle. Oh bas de gamme ! Vous n'êtes surtout pas des héros. Juste des momies aux bandelettes rongées qui veulent faire croire encore a leurs souvenirs !   

CES HISTOIRES QUI ME TROUBLENT

En me regardant parfois vivre et penser, je cherche encore ma voie dans tous ces méandres de mots, d'émotions, de rencontres, de désirs et de peines. Nous avons tous connus cela a partir du moment ou l'on se donnait le plaisir de vivre, d'exister, de combattre et de vouloir rencontrer l'autre a travers des amitiés ou des amours. Chacun de nous n'avions jamais la vérité, mais on espérait toujours la trouver a travers un regard, un mot, une attitude, une pulsion amoureuse ou un bien être. On se donnait le pouvoir de toujours imaginer l'autre a travers ses gestes, ses mots, ses attouchements ou sa présence pour le magnifier tel qu'on l'avait éspéré ou rêvé. Les gestes, les paroles, les significations, les liens, le regard sont des messages vers l'amour qui pouvait trouver sa source en ces instants ou l'effleurement est si proche et si précieux. Mais en mes chemins perdus et de doutes, je me rends compte que mes mots et ma perception des choses ne sont pas assimilés dans leurs compréhensions de la même manière pour le regard de l'autre. Que l'histoire que je pensais créer et former ne pouvait pas sembler aussi haute et éternelle dans les yeux perdus de ma rencontre. En tous ces mots vains et battus en brèche d'existense, ce sont toujours ces manques de souffle et de sommeil qui font les chagrins d'amour. Ceux qui pèsent et marquent les vies. Comme des boulets !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu